La police plus à craindre que la COVID pour les migrant.es de Calais

En raison d’un décret de la préfecture du Pas-de-Calais, dans le nord de la France, la quasi-totalité des associations de Calais venant en aide aux personnes migrantes n’ont plus le droit de servir des repas dans le centre-ville depuis le 11 septembre dernier. Le prétexte des autorités? La COVID et le non-respect des gestes barrières, notamment la distanciation physique, au moment de la distribution des repas. Pourtant, nous étions sur place à la fin août pour Ricochet et l’augmentation des interventions policières dans la région constituaient un plus grand enjeu pour les migrant.es que la pandémie.

La suite est disponible sur Ricochet.media juste ici.

Également, vous pouvez entendre la converse de Xavier à l’émission le 15-18 sur les ondes d’ICI Première en cliquant ici.



%d blogueurs aiment cette page :